La confiance sous toutes ces formes

 

Il existe diverses formes de confiance, différentes étapes dans la construction de notre confiance en soi durant notre enfance. Voyons ensemble ces différentes formes

 

La confiance de base autrement nommé sécurité intérieure : capacité de se sentir en sécurité, de se sécuriser. Dès notre plus jeune et même dans le ventre de notre mère, l’enfant intègre sa confiance de base au contact de son environnement, puisant du propre sentiment de sécurité des parents et de la sécurité physique et affective qu’on lui prodigue. C’est une façon d’aborder la vie avec une certaine quiétude, une douce tranquillité d’esprit et de sécurité. Tout en sachant que l’on n’est pas à l’abri de vivre des expériences désagréables, on a un sentiment de sécurité physique et affective bien établi qui ne nous fait pas envisager le pire ou paniquer avant même de vivre la situation. On a une vision positive de la vie en règle générale.

 

Vous risquez de manquer de sécurité intérieure

  • si vous avez vécue une enfance où plusieurs expériences de maltraitances, qu’elles soient physiques, verbales ou psychologiques. Cette dernière étant la plus perverse et la plus difficile a détecté mais pas la moins destructrice bien au contraire.
  • si vous avez vécu dans une famille d’anxieux, toujours dans l’attente du pire, s’inquiétant jour de ce qu’il pourrait arriver.
  • Si vous avez eu des deuils ou des séparations vécues comme des abandons parfois multiples qui ont laissé en vous un profond sentiment de peur de perdre ce que vous aimez.

Dans chacune, on retrouve l’idée que la vie est dangereux avec souvent anticipation du danger, d’un avenir douloureux, sombre ou triste.

 

Une autre forme de confiance : la confiance en vos compétences, « je peux le faire » « je suis capable de … » vous avez confiance en vos capacités, votre intelligence, vos talents, vos connaissances. La compétence s’acquiert par l’expérience. Vous vous sentez capable d’accomplir des choses ou bien d’acquérir les connaissances pour l’accomplir. Par exemple La première fois que vous apprenez à conduire, vous n’aviez pas la compétence mais vous pouviez avoir le confiance en votre capacité d’apprendre.

Certaines personnes n’osent pas avancer dans leur vie paralysé par la crainte de ne pas avoir les compétences, de ne pas réussir. Ces phrases « je n’y arriverais jamais » « j’échoue toujours de toute façon » « je ne suis pas capable de … » révèlent un grand manque de confiance de vos compétences

Cette confiance s’acquière quand l’enfant montre le besoin de faire les choses tout seul, qu’il est grand. (image enfant mangeant tout seul). Si par manque de temps, de patience ou de confiance en ses capacités (image…« tu es nulle ») l’adulte ne laisse pas à l’enfant la possibilité de faire par lui même, il ne pourra pas développer cette forme de confiance. L’enfance a besoin dans cette période pour essayer, explorer, échouer et pouvoir recommencer avec le soutien de son entourage.

 

Et enfin la confiance relationnelle ou confiance sociale, vous avez confiance en votre capacité à établir des relations saines et durables avec votre entourage, à vous sentir à l’aise en société.

Cette confiance s’acquière principalement par le mimimétisme, si les parents étaient eux même à l’aise ou bien au contraire timide. Mais aussi par rapports aux croyances qu’ils entretenaient face au monde extérieur, méfiance, jugement, critique, ainsi que les croyances que nous avons pu intégrer sur nous même « je ne suis pas intéressante » trouvant souvent leur origine dans les phrases assassinées de notre entourage. (image tais toi tu parles pour rien dire…)

 

Selon votre enfance et votre vécu vous pouvez par exemple savoir bien vous sécuriser mais ne pas être à l’aise en société. Vous pouvez avoir confiance en vos compétences et briller dans votre vie professionnelle et tout en ayant un enfant terrifié à l’intérieure ayant vécue dans un milieu insécure toute votre enfance.

Vous pouvez avoir donc acquérir la certaine forme de confiance en vous et en manquer d’une autre. L’important étant d’identifier celle qui vous manque afin de pouvoir l’acquérir maintenant.

Oui même si vous ne l’avez pas acquis durant votre enfance, vous n’êtes pas victime de votre passé, vous avez toujours la possibilité de progresser et d’accueillir ce dont vous avez besoin et la différente forme de confiance en soi en font partir.

 

 

 

Laisser un commentaire